Ce qu’il faut savoir pour mieux gérer les excès pendant le réveillon

Dans presque tous les foyers, les fêtes sont toujours synonymes de bon repas. Entre la dinde, le saumon, les champagnes, la bûche et le chocolat, tous ces aliments caloriques sont incontournables à chaque réveillon. Pour profiter pleinement de ces délices sans verser dans un excès risqué, on vous livre ces quelques détails utiles en cette période de fêtes.

L’alcool, le plus problématique

ALCOOL

Lors des repas de fête, les excès que l’on redoute le plus sont évidemment les graisses, l’alcool, les protéines et les sucres. En d’autres termes, un peu de tout. Parmi ces excès, l’alcool est le plus problématique au niveau nutritionnel. Généralement comparé à une lame à double tranchant, l’alcool contient 7Kcal par gramme. Il perturbe également l’utilisation par le corps des autres nutriments assimilés par l’organisme, en particulier les glucides.

La protéine, la moins embêtante

poisson-saumon-huitres

En revanche, la protéine est la moins embêtante pour la simple raison qu’on la consomme généralement en très faible quantité. Par exemple, si on a des fruits de mer en entrée et des volailles en plat, l’apport énergétique n’excèdera jamais les 3 grammes par kilo corporel. Cependant, les protéines associées à des graisses sont moins bonnes pour la santé. C’est le cas si vous prenez des escargots et du foie gras après un chapon.

Et les graisses dans tout ça ?

Buche patissiere creme  beurre

En ce qui concerne les graisses, cela va dépendre de leur type. Si vous prenez une portion de bûche pâtissière enveloppée d’une crème au beurre après des escargots également servis avec du beurre et d’un poulet à la crème, l’excès de gras saturés est néfaste pour la santé. Par contre, si l’excès découle d’une consommation de saumon riche en acides gras oméga 3, ou du foie gras dont l’engraissement est connu, ce sera moins embêtant.

Les effets néfastes liés à l’excès

Chez les personnes à l’estomac fragile, même les excès ponctuels sont dangereux. Par exemple dans le cadre d’une consommation excessive de protéine, la surcharge rénale n’est pas à exclure. Avec la graisse en importante quantité, les calculs biliaires sont risqués. Sur le court terme, l’excès de sucre ne posera pas problème, excepté chez certains sujets qui pourront être victimes de l’hypoglycémie. Sinon, l’abus d’alcool est susceptible d’engendrer une accumulation d’acétaldéhyde, selon les capacités de chaque organisme à se détoxifier.

estomac fragile

Après, cela dépend des habitudes de chacun. Si vous prenez deux repas isolés au réveillon de Noël et du Nouvel An, et que vous mangez correctement entre les deux, vous serez à l’abri des éventuels déséquilibres alimentaires. Le petit souci, c’est qu’il ne s’agit pas uniquement du réveillon, mais aussi du lendemain. Le corps n’aura pas alors le temps de récupérer. Puis, les habitudes s’installent rapidement et risquent de vous conduire à adopter un excès durable. La prudence est donc de mise.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.